Travail à la prison

L' association Arc-en-ciel propose un accompagnement en milieu carcéral pour les mineurs en conflit avec la loi.

      Une incarcération suspend l'éducation de l'enfant et diminue donc ses facultés, ce qui provoque un relachement personnel. Dans un contexte,les mineurs forment un public vulnérable  car ils se trouvent dans une période d'apprentissage importante pour leur évolution dans la société. C'est pourquoi un soutien est nécessaire pour donner des chances de réincertion à la sortie de la prison et éviter la récidive. De meme, le personne veille à etre à l'écoute de son public étant donné les difficultés vécues.

Le public

      Cette année, nous avons suivi une cinquantaine d'enfants.  Le public se situent entre 14 et 22 ans, principalement pour ceux qui sont en décrochage scolaire. Il s'adresse donc aux enfants qui ne savent ni lire ni écrire, ainsi que ceux qui n'ont pas obtenu le CEP.

      Nous avons suivi entre 20 et 25 garcons par mois.  Nous accompagnons également les femmes: entre 10 et 15 femmes par mois.

L' objectif

Donner un accompagnement aux mineurs en conflit avec la loi dans le but d'asurer la protection de leurs droits et de les réinsérer à leur sortie.

Les activités

Les  besoins élémentaires: présence et écoute aupres des mineurs ( 3 à 5 séances par semaine), entretiens individuels, distribution de matériel de premiere nécessité.

       Le développement de l'enfant: Séances d'alphabétisation, sensibilisation médicales/sociales/ éducatives.

       L'accompagnement juridique et social:  Entretien avec les parents, liens avec les instances juridiques et orientation vers les centres à la sortie de la prison.

            Durant les derniers mois de l'année 2014, deux bénévoles(avocate et assistante sociale) ont intégré l'équipe.  ce qui permet maintenant de proposer un accompagnement juridique pour garantir les droits des enfants.

 Un travail de collaboration                     le travail est réaliséen collaboration avec le service  social de la prison centrale ainsi que le commandant en chef de la sécurité pénitentiaire.

             Nous travaillons également en collaboration avec la fondation Sylvia Bongo Ondimba qui intervient  pour l'instruction  des enfants  grace à leurprofesseur et leur instituteur.

             Prise  de contact avec les juges des mineurs et proposition d'une collaboration pour l'année 2015.

Les difficultés

Les retards dans les extractions, ce qui diminue notre temps d'intervention.

Le manque de communication des sorties de prison, ce qui empeche de réaliser une bonne transition( appel de la famille, orientationvers les centres,...)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×